Ce que les patrons pensent d’Emmanuel Macron

, par Michel DECAYEUX

le 30/08/2016 Fig. Eco.

Les chefs d’entreprise regrettent que les discours très positifs de l’ancien ministre de l’Economie sur l’entreprise aient été peu suivis d’effets.

L’an passé, à cette même université d’été du Medef, Emmanuel Macron avait reçu une standing ovation pour avoir critiqué en terme à peine voilés les 35 heures. Cette année, c’est sa démission du ministère de l’Economie qui est le grand sujet de conversation dans les allées du campus HEC de Jouy-en-Josas où se tient l’événement organisé par le Medef ce mardi et mercredi. » » Pas de doute, l’ex-jeune ministre a une vision du monde en ligne avec celle des entrepreneurs. « Il a un regard neuf, il connaît l’entreprise, il comprend la mondialisation », souligne la dirigeante d’une PME dans l’événementiel. « Il a beaucoup fait pour faire comprendre aux Français que l’entreprise crée des richesses », renchérit son associée. « Contrairement à la plupart des socialistes, il a une vision réaliste de l’entreprise », ajoute Gérard Mezin, senior vice-président d’un grand groupe informatique français. « La loi Macron a changé l’état d’esprit en France. C’était une première étape positive », estime pour sa part Arnaud de Bresson, dg de Paris Euro-place.

A vrai dire, la plupart des entrepreneurs ne comprennent même pas très bien ce que faisait Emmanuel Macron dans ce gouvernement de gauche et estiment que sa démission est une clarification bienvenue. « Avec ses vues libérales, il ne pouvait pas rester dans un gouvernement de gauche », juge Jean-Pierre Chol, patron d’une société de vente de poids lourds.

Mais de là à dire que les chefs d’entreprise soutiendraient en bloc Emmanuel Macron s’il se présentait à la présidentielle, il y a un gouffre. « S’il allait jusqu’au bout, cela donnerait une bouffée d’oxygène », espère Gérard Mezin. Mais pour ajouter qu’il doute que cela soit possible, l’ex ministre n’ayant pas de parti. D’autres sont franchement sceptiques. « Qu’il se présente, cela ne me fait ni chaud ni froid. Il faudra au moins dix ans pour changer ce pays de toute façon ! », déclare une cheffe d’entreprise. « Je pense qu’il est trop jeune, qu’il n’a pas assez d’expérience pour la fonction », ajoute la patronne d’une concession de poids lourds.

Il faut dire aussi que les entrepreneurs sont assez mitigés sur le bilan du ministre. « Ces déclarations étaient positives, mais concrètement, il n’a pas fait grand-chose », assène la dirigeante d’une PME de l’événementiel. « La vie n’a pas changé pour les entreprises », estime un autre dirigeant. « Le bilan de la loi Macron est maigre. Mais cela est surtout dû au fait qu’il a été bridé par le gouvernement », tempère Gérard Mezin. Bref, Emmanuel Macron n’est pas en terrain conquis chez les chefs d’entreprise.