La CGT souhaite que l’Euro 2016 se déroule comme "une fête populaire"

, par Michel DECAYEUX

le 09/06/2016 AFP

"Je ne suis pas sûr que bloquer les supporteurs soit la meilleure image que l’on puisse donner de la CGT", a déclaré jeudi le secrétaire général de la CGT.

La CGT « souhaite que l’Euro 2016 se déroule comme une vraie fête populaire dans les stades comme dans les fan-zones », a déclaré ce jeudi son secrétaire général Philippe Martinez, lors du congrès du l’Union départementale CGT du Loiret à Saran. « Je ne suis pas sûr que bloquer les supporteurs soit la meilleure image que l’on puisse donner de la CGT », a-t-il souligné à la veille du début de la compétition qui se tient en France, en précisant que les militants iraient « distribuer des tracts » et discuter dans les fan-zones.

« On a encore de la marge »

Pour autant, le mouvement contre le projet de loi travail « n’est pas terminé », a-t-il dit en appelant de nouvelles entreprises à rejoindre le mouvement et à l’amplifier. « Soit le gouvernement accepte la démocratie, soit le conflit dure et on fait en sorte qu’il s’élargisse. On a encore de la marge. » « La balle est dans le camp du gouvernement depuis trois mois », a-t-il encore estimé. « On est en train de pratiquer en 2016 la même stratégie que Nicolas Sarkozy en 2010. On attend autre chose du président François Hollande que ce qu’a fait son prédécesseur. » Quant à la grève à la SNCF, Philippe Martinez a renvoyé la décision sur l’accord d’entreprise aux assemblées générales de cheminots et a rappelé que la lutte concernait tout autant la convention collective pour éviter à terme « le dumping social ».

Alors que la discussion sur le projet de loi travail s’engage lundi prochain au Sénat en deuxième lecture, la CGT prévoit trois nouvelles journées d’action d’ici la fin juin, dont le 14 avec une grande manifestation à Paris, puis les 23 et 28.

Valls étudiant en grève lors d’une manifestation