La mobilisation contre la loi travail plus forte que le 9 mars

, par Michel DECAYEUX

Le monde/Les échos/l’AFP/le Parisien

Au moins 3000 manifestants contre le projet EL Khomri dans l’Oise

Des dizaines de milliers de salariés et d’étudiants battaient le pavé, jeudi 31 mars dans toute la France, pour réclamer le retrait de la loi de réforme du code du travail, lors d’une nouvelle mobilisation très suivie et émaillée de violences. • La mobilisation, en hausse par rapport à la journée du 9 mars, est considérée comme « une réussite » par les syndicats. Les défilés ont rassemblé 1,2 million de personnes en France, selon la CGT et FO. • Certains défilés ont été marqués par des heurts, en particulier à Paris, Rennes, Nantes, Toulouse et Grenoble, avec une trentaine d’interpellations et des policiers blessés. • Cette journée de mobilisation est également marquée par des grèves dans les transports (SNCF, Air France...), à la Tour Eiffel, chez EDF, dans la fonction publique, la presse, ainsi que des blocages de lycées et d’universités. <font color=red<La CGT et FO réclament le retrait du projet. La troisième grande centrale syndicale, la CFDT, hostile à la première mouture, n’y est plus défavorable après les modifications du gouvernement.

La ministre du travail, Myriam El Khomri, a répété qu’elle « entendait les inquiétudes des jeunes » tout en défendant une « loi nécessaire et juste ». Pas question de retirer cette réforme « intelligente, audacieuse et nécessaire », a aussi affirmé le chef du gouvernement, Manuel Valls. La mobilisation est « beaucoup plus importante que le 9 mars », avait déjà annoncé Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force ouvrière (FO), avant le départ du cortège parisien, à 13 h 30, pour se diriger vers Nation sous la pluie et dans les fumigènes. « On est rentrés dans le bras de fer », s’est-il satisfait. « Il y a une très forte mobilisation, il faut que le gouvernement prenne en compte ce qui se passe », a déclaré le leader de la CGT, Philippe Martinez. Les syndicats ont d’ores et déjà fixé deux nouvelles date de mobilisation, les 5 et 9 avril, « jusqu’au retrait du texte », selon la CGT. La nouvelle journée de mobilisation contre le projet de loi Travail, ce jeudi, assortie d’une grève à la SNCF et à la RATP, donne lieu à de nombreuses perturbations En milieu de matinée, on comptait ainsi environ 240 km de bouchons. Un chiffre en net repli par rapport aux 450 km constatés une heure plus tôt au plus fort des perturbations, mais qui demeurait cependant supérieur à la moyenne habituelle d’un jeudi matin de mars.

La CGT et FO revendiquent 1,2 million de manifestants en France

La CGT annonce de nouvelles mobilisations « jusqu’au retrait du texte ». Le syndicat a annoncé deux nouvelles journées d’action les 5 et 9 avril voire plus loin.Selon la police 390.000 manifestants en France,

Plus de 200 défilés, manifestations et rassemblements se sont déroulés un peu partout en France, selon le décompte de la CGT. Dès la fin de matinée, des dérapages ont déjà eu lieu en marge des cortèges, conduisant à des interpellations et des policiers blessés. Le 9 mars dernier, lors de la précédente mobilisation, plus de 200 000 personnes avaient défilé dans l’Hexagone (450 000 selon les organisateurs). Les sept syndicats menacent d’en organiser d’autres, afin de peser sur le débat parlementaire, qui commencera le 3 mai dans l’hémicycle.

Manifestation contre la loi Travail : l’éternelle querelle des chiffres. Les opposants à la loi El Khomri se mobilisent ce jeudi. D’ordinaire, les estimations de la police et des syndicats vont du simple au double. Et cet écart se creuse encore à mesure qu’un mouvement se prolonge. Des méthodes de comptage « artisanales » Dans le cas de la loi El Khomri, la différence entre les chiffres syndicaux et policiers est environ du simple au double. C’est peu ou prou la moyenne d’écart constatée depuis une vingtaine d’années. le rapport moyen entre les deux chiffres et de 2,35. En clair : quand la police voit un manifestant, les syndicats en voient 2,35. Mais ce grand écart habituel peut aller du simple au quadruple ! C’est ce que l’on peut constater en observant les chiffres de participation aux 20 plus grands défilés contre des projets économiques et sociaux depuis 1995 :

OISE : Au moins 3000 manifestants contre le projet de loi El Khomri Beauvais 31 mars

La mobilisation du 9 mars n’avait pas été celle escomptée. Mais hier, les ’ opposants au projet de loi El Khomri, étaient en nombre dans les rues des trois grandes villes du,départemint. Répondant à l’appel’de l’intersyndicale CGT, FO, FSU, Solidaires, les salariés du public et du privé ont été, cette fois, rejoints par quelques centaines de lycéens. Environ 1 500 manifestants ont défilé dans les rues de Creil dès 10 heures alors qu’ils étaient environ 800 à Compiègne à la même heure. A Be’auvais (notre photo), plus de 1 000 manifestants se sont donné rendez-vous, à 14 heures, devant le lycée Félix-Faure avant de rallier en cortège, la place de la préfecture. ,