Fonctionnaires : Valls et Hollande ont du mal à éteindre la polémique

, par Michel DECAYEUX

LE 25/09 AFP/JDN

Manuel Valls a fait la leçon à Emmanuel Macron et François Hollande a réclamé le « silence ». L’exécutif a beau avoir démenti tout projet en ce sens, une partie de la gauche a hurlé à la « provocation ». « Ras le bol ! », a tempêté la maire de Lille mercredi, fustigeant l’« arrogance » d’Emmanuel Macron et son « ignorance de ce que vivent les gens »

« Derrière les mots, les chiffres, il y a des hommes et des femmes. […] La fonction publique d’Etat peut évoluer mais, en même temps, elle est au cœur de notre pacte républicain », a souligné Manuel Valls jeudi soir sur France 2, disant ne pas vouloir « jeter l’opprobre sur l’ensemble des fonctionnaires » et assurant que, Emmanuel Macron (pris à partie sur le plateau) « n’a pas fait ça ». Plus tôt, Najat Vallaud-Belkacem avait épinglé « une certaine mythologie » qui voudrait que les fonctionnaires soient « figés dans un statut ». Son ministère, l’Education, est celui qui emploie le plus de fonctionnaires. « Il faut polir le diamant » A Londres, Emmanuel Macron , (Sans cravate mais avec un remarquable bagout dans la langue de la City) lui, a refusé devant la presse de répondre aux « petites polémiques », plaidant pour le « rassemblement » et la « pédagogie ». L’ancien banquier a tenté de convaincre son auditoire que l’Hexagone n’était pas le « pays bloqué » décrit par la plupart des médias britanniques. « Pourquoi investir en France ? » Parce que le coût du travail y est désormais « inférieur à celui de l’Allemagne » grâce au « pacte de responsabilité », parce que le « crédit d’impôt recherche » y est « très attractif Devant les investisseurs britanniques, il a aussi affirmé que « les jeunes générations veulent devenir entrepreneurs, pas fonctionnaires ou politiciens »

Même si Manuel Valls a vu en lui une « chance », beaucoup, au sommet de l’Etat, se montrent plus mesurés. Un partisan du chef de l’Etat, qui ajoute : « Il faudrait qu’il se recentre un peu. Il faut polir le diamant.  »

Commentaire : MACRON est –il un macrophage ?

Macrophage vient du grec, makros « grand », phagein « manger » ; macrophage « gros mangeur ». C’est le premier mécanisme de défense cellulaire contre les agents infectieux (pour les patrons ces agents sont le code du travail, les conventions collectives).

Ceux sont de grandes cellules ayant la propriété d’ingérer ou de détruire de grosses particules (cellules lésées ou vieilles, particules étrangères). Elles peuvent être à l’origine de désordres variés tel la destruction du tissu fonctionnel du poumon.

On l’a entendu et vu ces derniers temps, que de désordre au sein du gouvernement ! La destruction du tissu fonctionnel, c’est bien le cas avec la remise en cause par ce ministre de l’économie, du code du travail des conventions collectives, des 35 heures, du statut des fonctionnaires etc.,

Ceux sont bien les travailleurs du secteur privé comme du secteur public qui sont le poumon des entreprises, des services de l’état, de notre économie, de notre République dans un cadre social réglementé qu’ils ont acquis au fil du temps quelques fois par la lutte.

Le Ministre Macron veut tout détruire, au prétexte que les dispositions du code du travail, des conventions collectives, le statut des fonctionnaires sont « vieillots », que les 35 heures sont une infection pour la compétitivité des entreprises.

Il se comporte comme un macrophage on peut donc aisément dire par similitude que c’est le MACRONPHAGE des droits et acquis sociaux.