Allonne 60 : Bibendum promet de limiter la casse

, par Michel DECAYEUX

Michelin s’apprête à quitter le village. Plus que les 20 salariés du site, les sous-traitants seront les principales victimes de ce départ

14/01/2015 Le Parisien

LES GRANDS NOMS du pneumatique désertent l’Oise. Après Continental en 2009 à Clairoix, c’est Michelin qui s’apprête à quitter le département. Au premier semestre 2016, le manufacturier français fermera les 30000 m2 d’entrepôts que compte la plate-forme logistique installée depuis 1996 à Allonne. Une plate-forme d’où sortent, chaque année, plus de 3 millions de pneus en direction de 23 départements.

Seulement 20 salariés Michelin sont concernés par cette fermeture programmée, mais les conséquences pourraient s’avérer plus lourdes pour le transporteur GT Nord, filiale de GT Location implantée à Beauvais. Plus de 100 de ses salariés - 40 manutentionnaires et 60 chauffeurs - travaillent aujourd’hui directement pour le fabriquant de pneus. Cependant, Bibendum se veut rassurant et promet de faire le maximum pour limiter la casse sociale.

« Nous serons dans l’obligation .de supprimer. - quelques postes » Pascal Guillot, directeur général de GT Location, client de Michelin Le projet du fabricant français vise à moderniser et à optimiser son-réseau de distribution. Pour y parvenir, Michelin entend fermer 6 plates-formes de distribution pour, au final, n’en conserver que 2, à Valenciennes (Nord) et à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), berceau de la marque. « Nous ne sommes pas sur un problème financier, précise Didier Gaia, le directeur du site d’Allonne. L’idée, c’est avant tout d’être plus performants et plus réactifs, et donc de concentrer l’ensemble de nos références sur un minimum de sites. »

Si l’annonce de ce plan de restructuration n’a apparemment pas bouleversé le personnel de chez Michelin, les salariés de GT Nord, le principal prestataire, ont, eux, envisagé le pire. « Disons que nous avons été un peu surpris par l’ampleur de ce plan, admet Pascal Guillot, directeur général de GT Location. Mais cela fait très longtemps que nous sommes clients Michelin, ils nous respectent et nous aussi. Nous savons que nous continuerons à travailler ensemble. » Le patron de GT Location se veut optimiste, mais il se montre également lucide. Bien que sa collaboration avec le fabricant français de pneus . perdure, il ne pourra toutefois pas sauver tous les emplois ; « Demain, je vais avoir besoin de davantage de chauffeurs. En revanche, notre besoin en manutentionnaires ne sera plus tout à fait le même. Nous serons dans l’obligation de supprimer quelques postes, même si les plus motivés et les plus mobiles pourront suivre des formations pour devenir chauffeurs •. » .

Concernant Michelin, 20 postes seront donc supprimés sur le site d’Allonne. Une partie du personnel sera concernée par des mesures d départ en retraite anticipée, tandis que l’autre se verra proposer des solutions de reclassement, notamment sur le site de Valencienne « Les négociations ont débuté ave les partenaires sociaux, expliqua Didier Gaia. Les personnes concernées seront, quoi qu’il arrive, accompagnées. Des gens pourrons partir avant l’âge légal de la retraite et d’autres pourront bénéficier d’J des à la mobilité. L’objectif est d trouver une solution qui convienne à tout le monde. Nous avons un à et demi pour nous préparer se moment. »