Le gouvernement donne un coup de rabot aux prestations familiales

, par Michel DECAYEUX

Une prime de naissance divisée par trois à partir du 2ème enfant.

Aujourd’hui cette prime de 923 euros est versée au septième mois de grossesse à 85 % des nouveaux parents, c’est à dire aux familles dont le revenu annuel ne dépasse pas 46 888 euros pour un couple ayant deux revenus. Désormais, à partir du deuxième enfant cette prime ne sera plus que d’environ 308 euros. Cela devrait permettre de dégager 250 millions d’euros d’écononmies dès 2015. Par ailleurs, la prestation d’accueil de jeune enfant (PAJE) ne sera plus versée qu’à partir du mois suivant la naissance et non plus dès le premier mois. Selon le gouvernement, les parents ont déjà acheté l’essentiel du matériel lors de la naissance du premier bébé. Donc, les achats à l’arrivée du deuxième enfant sont plus limités.

Un congés parental partagé

Si la période de trois ans à partir du deuxième enfant du congé parental ne change pas, le gouvernement souhaîte allongé celui que peut prendre le père. Ce congé qui est destiné aux parents pour s’occuper de leur enfant devra être répartie entre les deux parents. Un seul parent ne pourra plus prendre l’intégralité de ce congé. Le père et la mère pourront prendre 18 mois chacun par exemple. Aujourd’hui, 96% des femmes utilisent ce congé rémunéré entre 145,63 euros et 390,52 euros ce qui n’est pas le cas des hommes. En réduisant la durée de congé pour les femmes, le gouvernement compte faire des économies en espérant que les hommes ne l’utilisent pas. Baisse de 20% des aides à la garde d’enfantAujourd’hui, le complément de mode de garde versé par les caisses d’allocations familiales pour aider les parents qui emploient une nounou va être réduit de 20% pour les familles les plus aisées. Actuellement cette aide varie de 87,19 euros à 460 euros. Il existe actuellement trois niveaux de revenus qui conditionnent le montant de cette aide. Le gouvernement va en créer un quatrième pour abaisser la somme versée aux familles les plus aisées. Les plafonds seront définis plus tard par décret.

Une toute petite hausse des allocs de 88 centimes pour une famille trois enfants

Marisol Touraine a déjà annoncé qu’elle avait renoncé à geler toutes les prestations familiales en 2015. Toutefois, ce dégel est très symbolique. Si les nouvelles prévisions d’inflation se vérifient, la hausse ne devrait être que de 0,3 % au 1er avril 2015, soit 88 centimes de plus par enfant pour les familles de trois enfants... Si le gouvernement avait maintenu le gel, cela aurait représenté une économie d’à peine 100 millions d’euros (1 % de hausse des allocations familiales coûte 300 millions d’euros).

Une majoration des allocs réduite

Aujourd’hui, toutes les familles touchent des allocations familiales à partir de deux enfants. Quand l’un d’eux atteint l’âge de 14 ans, il y existe une majoration de 64,67 euros. Désormais, cette majoration ne sera versée qu’à partir des 16 ans de l’enfant

Le capital décès indexé sur le SMIC.

Autre victime des mesures d’économies à la Sécu, le capital décès. Cette somme, versée par les régimes d’assurance maladie aux proches du défunt, dépendait jusqu’ à présent du salaire de ce dernier. Elle pouvait donc varier très fortement en fonction des revenus de la personne décédée.

Dès 2015, le capital décès ne sera, plus indexé suri rémunération du défunt, mais sur un montant forfaitaire, fixé en référence au smic. Pour les proches des défunts qui travaillaient t « à temps partie » ou étaient « au chômage » le montant du capital décès sera « plus élevé » fait valoir le Gouvernement. Mais pour l’entourage de ceux qui gagnaient plus que le smic, il sera plus faible •.. Au final, la mesure devrait permettre à la Sécu d’économiser 160 M€