2.465 EUROS : LE SALAIRE NET MOYEN DES FONCTIONNAIRES D’ETAT EN 2011-2012

, par Michel DECAYEUX

LATRIBUNE.FR | 18/07/2014

En moyenne, le pouvoir d’achat des agents de la fonction publique d’Etat a diminué de 0,8% entre 2011 et 2012, relève l’Insee dans une étude publiée vendredi. Le gel, depuis 2010, du point d’indice qui sert de base au calcul des salaires des fonctionnaires fait sentir ses effets. Selon une étude de l’Insee rendue publique vendredi, les salaires des agents de l’Etat, les plus nombreux de la fonction publique, ont diminué de 0,8% entre 2011 et 2012 en tenant compte de l’inflation. Leur salaire net moyen s’élevait ainsi en 2012 à 2.465 euros par mois en équivalent temps plein, alors que le salaire net médian était de 2.259 euros.

1,2% d’augmentation en euros courants

Confirmant des données provisoires déjà publiées en avril, l’Insee explique que si entre 2011 et 2012, le salaire net de ces fonctionnaires (actifs dans les ministères et les établissements publics) a crû de 1,2 % en euros courants, cette augmentation n’a pas suffi à rattraper l’inflation, qui a atteint 2% en 2012. Certes, le salaire brut des titulaires est aussi constitué à 20,1% en moyenne de primes et rémunérations annexes, et ces primes ont crû de 0,5% en 2012 en tenant compte de l’inflation (après + 3,4 % en 2011). Mais cette augmentation n’a pas suffi à compenser la perte due au gel du point d’indice, insiste l’étude.

Effets de structure

Cependant, la variation du salaire moyen résulte aussi des effets de structure dus aux changements de répartition des effectifs selon les corps, grades et échelons, note l’Insee. Pour les personnes présentes en 2011 et 2012 chez le même employeur avec une quotité de travail identique (72 % des titulaires et 44 % des autres salariés), le salaire net moyen reste stable en euros constants. Plus généralement, si les agents partant à la retraite sont essentiellement remplacés par de nouveaux entrants le plus souvent rémunérés en bas de la grille indiciaire, les changements de structure des qualifications contrebalancent cet effet. Par ailleurs, l’écart de salaire moyen entre hommes et femmes diminue légèrement : il atteint 14,8 % en 2012 contre 15% en 2011. Il reste plus marqué pour la catégorie A (18,1 %) que pour les catégories B (10,6 %) et C (10,9 %).

Plus de deux millions d’agents

Quant au nombre de fonctionnaires, l’Insee enregistre 2,138 millions de salariés civils travaillant en France dans la fonction publique d’État au 31 décembre 2012, pour un volume de travail de 2,033 millions d’équivalents temps plein (EQTP), dont 48.000 EQTP pour les bénéficiaires de contrats aidés. 77,1 % de ces salariés travaillaient dans les ministères (près de la moitié d’entre eux dans l’Education nationale) et les restants dans les établissements publics administratifs. Plus de la moitié sont des cadres. A cette date, la baisse des effectifs, due à la poursuite de la politique de non-remplacement de certains fonctionnaires partant à la retraite, était de l’ordre de 0,5 %. 74,2 % des personnels étaient titulaires, contre 74,4 % en 2011.

Le gouvernement promet un gain de pouvoir d’achat de 550 euros en 2015

Pour pallier les problèmes de pouvoir d’achat des fonctionnaires tout en maintenant le gel du point d’indice, le gouvernement a prévu, dans le cadre du budget rectificatif de la Sécurité sociale pour 2014, un allègement des cotisations salariales, concernant près de 2,2 millions d’entre eux (soit près de la moitié des 5 millions d’agents) et devant s’appliquer au 1er janvier 2015. L’éxécutif estime que grâce à cet allègement, cumulé à un geste de revalorisation déjà accordé aux catégories C (les moins rémunérées), les fonctionnaires les moins bien payés bénéficieront d’un gain de pouvoir d’achat de l’ordre de 550 euros par an.

L’ensemble des syndicats de la fonction publique continuent toutefois de réclamer une revalorisation du point d’indice pour tous les fonctionnaires.