Feuquières : Saverglass demeure le leader de la verrerie de luxe

, par Michel DECAYEUX

14 avril 2014 le parisien

Après un fin d’année 2013 angoissante, l’entreprise centenaire s’est relancée. Désormais aussi implantée au Moyen-Orient, elle confirme son leadership dans le domaine de la bouteille et du flacon de luxe

Il a retrouvé le sourire. Après une fin d’année 2013 compliquée, la société de Loïc Quentin de Gromard, Saverglass, est repartie de plus belle pour le plus grand bonheur de son patron. La verrerie, installée à Feuquières depuis 1897, est plus que jamais leader mondial dans la bouteille (ou le flacon) de luxe. « Nous avions demandé une mesure de chômage partiel en décembre dernier, mais depuis, tout s’est arrangé, assure Loïc Quentin de Gromard. Le marché s’est retourné et cela va plutôt bien. Nous avons une bonne visibilité sur le’ premier semestre d’activité en2014 ; et toutes les raisons d’être optimiste Saverglass va bien et a repris sa marche en avant. La preuve, l’ouverture en janvier d’Alphadec, son troisième site de décoration, à Arques (Pas-de-Calais). Au niveau production, l’entreprise compte aujourd’hui Quatre sites ; a Feuquières, au Havre (Seine Maritime), à Arque et à Ras-Al-Khaimah (Emirats Arabes Unis). Mais le cœur et l’âme de la verrerie restent dans l’Oise, sur le site d’origine : à Feuquières. il y avait déjà des verriers dans la, vallée de la Bresles, mais on trouve la trace d’une usine -Ici en 1897, raconte Loïc Quentin de Gromard. Depuis le XV• siècle, les gentilshommes ne pouvaient travailler que dans l’industrie du .feu à laquelle appartient la verrerie. Et certains verriers, de par leur métier, pouvaient même être anoblis. Ici, il y avait l’eau de la rivière et la forêt. pour alimenter les fours, d’où la présence de nombreux verriers. La légende raconte que la ’verrerie de Feuquières est née à l’instigation d’un pharmacien de Formerie, un dénommé Letellier, qui a demandé à son beau-père de lui fabriquer des bocaux en grande quantité. » Jusqu’en 1976, l’usine de Feuquières appartient à la Société autonome de Verreries intégrée au groupe Saint-Gobain. Loïc Quentin de Gromard prend la tête de l’entreprise en 1985. il va la moderniser et la développer. 1989, il change un premier four. En, 1996, il change le deuxième four du site de Feuquières. En 2007, il rachète l’usine d’Arques, occupée auparavant par Arc International, pour y créer Alphaglass. En 2013, il s’implante au Moyen-Orient. Et surtout, il donne ses lettres de noblesse à la verrerie : elle sera spécialisée dans la « bouteillerie de luxe

La verrerie de luxe est un petit marché, c’est compliqué d’investir, Indique Loïc Quentin de Gromard. Lorsque nous avons repris le site d’Arques, cela nous a permis de construire une verrerie en moins d’unau. Même s’il ne faisait pas de bouteille, Arc International travaillait dans le verre et avait des infrastructures. Le site est à deux heures de Feuquières qui est lui-même à une heure trente du Havre, cela forme un triangle intéressant et pratique pour nous. Quant à notre usine du Moyen-Orient, elle est dédiée à la production de bouteilles en verre coloré, plutôt .destinées aux vins d’entrée de gamme, notamment ceux du nouveau monde (Australie, États-Unis). Elle a une capacité de production de "100 000 t, qui s’ajoute à la capacité de production actuelle du groupe, soit 150 millions de bouteilles par an. Elle a permis de créer 180 emplois localement, et l’ensemble de ces salariés est actuellement formé au savoir-faire de Saverglass. L’investissement de 75 M€ est déjà une réussite. »

Les seuls verriers à décorer leurs créations en interne

« NOUS SOMMES LES SEULS verriers à avoir intégré’ la décoration dans notre processus de fabrication, annonce Loïc Quentin de Gromard, le patron de Saverglass :- Dans ce .domaine, nous avons une , avance certaine,’1\. nous de tout faire pour la garder afin de continuer f à dominer le marché de la : bouteille haut de gamme Et pour y parvenir Saverglass a trois sites consacrés à la décoration ; La maison mère à Feuquières, un site à Coulommiers (77).et un qu’il vient d’aménager à Arques (62).

Marquage à l’or ou à l’argent sont proposés aux clients,

Après, le client a le choix pour décorer sa bouteille. Il peut opter pour. des décorations en sérigraphie avec des dessins, ou des lettres. Il est en général plutôt destiné aux alcools modernes du type vodka. Il y a le satinage qui permet de déposer un vernis sur la bouteille de façon dégradée ou partielle. Et enfin pour es bouteilles de très haut de gamme, certains cognacs par exemple, il existe le marquage à l’or ou à l’argent. Au total, 160 000 bouteilles décorées sortent des usines de Saverglass chaque année. Reste aussi à déterminer la forme de la bouteille ou du parfum. « Il existe deux• options pour nos clients, explique Loïc Quentin de Gromard. Soit il choisit un modèle existant dans notre catalogue. Soit un cabinet d’études a conçu un prototype pour le client et nous le réalisons ensuite. Chaque projet est ainsi examiné individuellement. Nos équipes apportent tout au long du développement un regard expert ainsi qu’un conseil design et technique avisé » Fort de ses expertises « Verre et Décor », Saverglass est reconnu « pour son innovation, la qualité de ses produits et de ses designs}).

« Nous sommes à la fois le partenaire privilégié des créateurs de marques, des agences de• design : des producteurs indépendants et des plus grands groupes de spiritueux et vins dans le monde », se félicite Loïc Quentin de Gromard .