Amiens:L’hôpital Pinel peine à recruter

, par Michel DECAYEUX

le 18/01/2014 le Courrier Picard

Le manque de moyens rend le recrutement difficile à l’hôpital Philippe-Pinel, malgré les investissements immobiliers afin de construire une clinique privée.

Pessimistes mais réalistes : les vœux pour 2014 de Gérard Delahaye, directeur de l’hôpital psychiatrique Philippe-Pinel, au sud d’Amiens, n’ont pas fait mystère d’une année 2013 « désastreuse » pour le personnel soignant, hier, vendredi 17 janvier. Entre démissions et départs en retraite, l’hôpital manque de médecins, en plus du déficit budgétaire de l’établissement, autour de 1,8 million d’euros.

« Nous avons des internes amiénois qui sont prêts à venir travailler avec nous. Mais pas dans ces conditions de travail », déplore Gérard Delahaye. Sur l’ensemble de l’hôpital, seul le service de pédopsychiatrie a pourvu tous les postes disponibles, soit dix au total. Des embauches qui ne compensent pas le départ de dix autres employés du Pôle adulte, en 2013.

La faute reviendrait, selon l’hôpital, au manque de moyens alloués par l’Agence régionale de santé (ARS) de la Somme. L’ARS a pourtant fourni une aide de 1,7 million d’euros fin 2013, jugée insuffisante. Les travaux de la clinique privée relancés

L’ARS a évoqué le Plan de retour à l’équilibre (PRE) 2014 signé avec la direction, devant offrir de nouvelles « perspectives de développement ». Les travaux prévus cette année devraient également apporter leur contribution : la vente des bâtiments destinés à la construction d’une clinique psychiatrique privée (en partie détenue par la clinique Victor-Pauchet) devrait permettre d’accélérer la mise en place de travaux, en attente depuis deux ans.