Le Medef se félicite d’avoir inspiré le pacte de responsabilité

, par Michel DECAYEUX

Usine nouvelle et Le Monde.fr avec AFP |15- 17.01.2014

Ravi des annonces économiques de François Hollande, Pierre Gattaz estime également en être l’inspirateur. Vendredi, le patron du Medef a assuré qu’il avait apporté le pacte de responsabilité « sur un plateau » au président de la République. Selon le patron des patrons, le chef de l’Etat s’est inspiré du « pacte de confiance » qu’il lui avait présenté en novembre.

« Nous avons salué le pacte de responsabilité que nous a servi le président de la République le 31 décembre et qui était inspiré, je ne le dis pas trop fort, du pacte de confiance que nous lui avons apporté sur un plateau », a affirmé M. Gattaz lors d’une intervention à l’occasion des vœux de l’Alliance des minerais, minéraux et métaux (A3M). En novembre dernier, le Medef avait proposé à Hollande ce pacte dans lequel les patrons proposaient au chef de l’Etat d’ouvrir cinq chantiers prioritaires, notamment la refonte de la fiscalité. Les représentants patronaux estimaient alors que si ce pacte était mis en place, un million d’emplois pourrait être créé.

Moi, Président des entreprises

Hollande annonce ainsi clairement son intention de convertir la France à une économie de l’offre. Une bonne nouvelle pour l’industrie... si elle est rapidement traduite en actes. Si l’on n’avait pas peur de lasser, on aurait presque envie de parodier sa tirade lors de son duel télévisé avec Nicolas Sarkozy : "Moi, président, je veux régler le problème de la France : sa production. Moi, président, je veux promouvoir une politique de l’offre pour muscler la demande. Moi, président, je veux alléger le coût du travail, en reportant 30 milliards d’euros de cotisations familiales pesant sur les entreprises sur d’autres assiettes d’ici 2017. Moi, président, je veux donner de la visibilité en définissant une trajectoire claire de prélèvements obligatoires et de réduction des dépenses publiques. Moi, président, je veux faciliter la prise de décision pour les dix actes clés de la vie d’une entreprise, de sa création à sa cession. Moi, président, je veux que les entreprises s’engagent, en échange de ces efforts, à créer des emplois de qualité et de haut niveau."

L’avenir - et l’Histoire - dira si notre pays a trouvé son Schroeder ce mardi de janvier, si Hollande restera comme le président qui a remis la France sur les rails. <font color=red Déjà, l’annonce concomitante de la mise sur les rails d’un "observatoire des contreparties" ne traduit-elle pas un certain scepticisme du pouvoir politique ?