Allemagne : le chômage diminue mais la pauvreté augmente

, par Michel DECAYEUX

le 19.12.2013, Die ZEIT

C’est un rapport dont les pouvoirs publics allemands se seraient bien passé. Selon l’édition 2013 de l’enquête d’une importante fédération d’associations d’Outre-Rhin, la pauvreté et les inégalités ont atteint un niveau record en 2012. « L’Allemagne n’a jamais été aussi profondément divisée qu’aujourd’hui », s’est alarmé ce jeudi Ulrich Schneider, le président de cette très respectée organisation qui regroupe environ 10 000 associations actives dans le domaine du social et de la santé

Dans son rapport présenté à Berlin, la puissante fédération n’estime qu’« une personne sur sept est pauvre ou menacée de pauvreté », avec un revenu inférieur à 60% du revenu médian. Depuis 2006, le taux de pauvreté est en hausse quasi-constante. En revanche, le chômage diminue. Un signe, selon le président Ulrich Schneider, du « gonflement des emplois à bas salaire, la baisse des emplois à plein temps soumis à cotisations sociales, la hausse du temps partiel et des conditions d’emploi précaires depuis dix ans ». En cause : "l’américanisation du marché du travail", c’est-à-dire la multiplication des boulots incertains et mal payés

Ainsi, selon l’institut allemand des statistiques Destatis, le pouvoir d’achat moyen des salariés a baissé sur les neuf premiers mois de 2013. La fédération d’associations a donc apporté jeudi son soutien au projet du nouveau gouvernement de coalition d’introduire un salaire minimum universel en Allemagne, soit 8,50 euros de l’heure à partir de 2015. . La croissance a beau augmenter, le chômage a beau diminuer, la pauvreté, elle, continue de gagner du terrain depuis 2006. 15,2% de la population allemande est dans une situation précaire, si l’on considère qu’un couple avec deux enfants qui gagne moins de 1826 euros par mois est pauvre.

Le fossé se creuse entre régions riches et pauvres Par ailleurs, la précarité de certaines régions créé d’immenses disparités : non seulement l’écart entre riches et pauvres « a significativement augmenté », le fossé « entre régions prospères et régions pauvre s’approfondit et s’élargit », selon le président de l’organisation. Le taux de pauvreté dépasse à peine 11% dans les riches Etats régionaux du sud (Bavière, Bade-Wurtemberg) mais dépasse 20% dans plusieurs Etats du nord (Berlin, Brême 23,1%, Saxe-Anhalt et Mecklembourg-Poméranie Occidentale22,9%).

« Des régions entières sont plongées dans une spirale du déclin. (...) Des centres pour jeunes ou personnes âgées, des bibliothèques, des piscines ferment dans beaucoup d’endroits ». La Ruhr, ancien bastion industriel de l’Ouest de l’Allemagne, serait notamment dans une situation très alarmante>.