Salariés détachés : Michel Sapin marque des points

, par Michel DECAYEUX

11/12 Les échos

« Je choisirai l’absence de compromis plutôt qu’un mauvais compromis. » Michel Sapin a fait tousser la Commission européenne et surpris son monde lorsqu’il a fait cette raide déclaration jeudi dernier. Lui, le ministre du Travail tout en rondeur, l’apôtre du compromis (social), se montrait soudain braqué sur l’encadrement de la directive sur les travailleurs détachés... Il s’agissait bien sûr d’un calcul - il fallait s’assurer de la cohésion des pays alliés de la France et avertir à la fois la présidence lituanienne et la Pologne (qui a finalement basculé) de la détermination de Paris Lorsqu’il évoque les négociations à huis clos des ministres du Travail de l’Union européenne, Michel Sapin les revit presque : les trois textes successifs présentés, l’alliance avec l’Allemagne et les conciliabules avec la Pologne, la Slovénie, la Croatie, l’Irlande, puis le basculement décisif de ces quatre pays et le SMS - « C’est bon, c’est voté sur nos bases et grâce à la Pologne » - envoyé à François Hollande...

Détachement des travailleurs : les garanties de l’Union européenne contre le dumping social

voir fichier PDF