Déclaration FORCE OUVRIERE au CESER Picardie

, par Michel DECAYEUX

Conseil Economique, Social et Environemental de Picardie Session du Mardi 26 Novembre 2013

Débat d’Orientation Budgétaires pour 2014

Intervention du Groupe Force Ouvrière

Monsieur le Président, Chers Collègues,

Le Budget 2014 est donc orienté vers le milliard d’€uros. Pour 2013, on a utilisé les excédents 2012. Pour 2014, on envisage d’utiliser les excédents – éventuels – 2013 sans avoir recours à l’emprunt

Le montant de la dette se réduit régulièrement. Elle peut donc en déduire que la situation financière régionale est satisfaisante et qu’il s’agit d’une bonne gestion de père de famille.

Les priorités 2014 sont clairement affichées :
- PRIORITÉ ABSOLUE A L’EMPLOI.
- PERMETTRE A CHAQUE JEUNE DE RÉUSSIR SON ENTRÉE DANS LA VIE.
- BIEN VIVRE PARTOUT EN PICARDIE.
- POURSUIVRE SUR LA VOIE DE L’ECO DÉVELOPPEMENT.
- AFFIRMER LE POSITIONNEMENT DE LA RÉGION SUR LES ENJEUX STRATEGIQUES TERRITORIAUX.

Si FORCE OUVRIERE partagent globalement ces priorités, notre mission de syndicaliste et de défense des intérêts moraux et matériels des salariés Picards, nous oblige à mettre l’accent sur la lutte contre le chômage.

Nous venons de constater la bonne santé de la trésorerie régionale ; pourquoi ne pas en profiter pour mettre en place un plan de relance de l’économie, peut être un plan MARSCHALL à la hauteur de la Picardie.

Si nous ne contestons pas la pertinence de l’Innovation et de la Recherche, nous attendons en revanche des mesures concrètes et efficaces pour le vécu quotidien.

La Marge de manœuvre 2014 semble possible ; alors aider notamment les PME et TPE semble indispensable . Les grandes entreprises n’attendent rien de la Région pour mettre en place leurs délocalisations, leurs fermetures alors que les TPE et PME sont aux niveaux du Territoire et plus précisément dans le Bâtiment, le Commerce et l’Artisanat.

La conclusion du rapport avis du CESER le dit :

« Le CESER considère qu’il est important que le Conseil Régional dégage des moyens supplémentaires pour réaliser des actions prioritaires indispensables au bien être des Picards ».

C’est bien et FORCE OUVRIERE souhaite que nous soyons entendus et que ces moyens s’adressent prioritairement à l’économie picarde.

Quelques réflexions sur les priorités sectorielles pour 2014 : - D’abord l’Emploi, l’Emploi et l’amélioration du niveau de formation : L’adéquation entre l’offre de formation et la demande est indispensable.

- L’Apprentissage : INCROYABLE. Les mesures nationales et régionales vont mener à une baisse significatives du nombre d’apprentis en Picardie alors que tout le monde s’accorde à dire que cette formation est utile et efficace.

-  Les Transports en Picardie :
-  Il convient, avant de poursuivre, de resituer ce débat. A ce titre notre organisation syndicale, par la voix de ses structures cheminotes, faisait savoir dès la mise en place des expérimentations sur la régionalisation en 2001, que ce n’était pas une bonne solution.

Pour plusieurs raison et notamment parce qu’il s’agissait d’une rupture d’égalité, passant entre autre par la déstructuration des offres multirégionales. Mais également par le risque de voir des choix s’opérer en fonction des échéances de notre vie démocratique sans que le service public soit la seule préoccupation, entre autre du fait de la multiplication des décideurs (conseils régionaux, conseils généraux et même communautés d’agglomération, telle qu’en dispose la loi SRU).

Cette articulation a été présentée comme un succès par différents acteurs, dont l’Association des Régions de France.

Un succès qui aurait expliqué l’accroissement de la fréquentation des TER. N vérités il s’est agi d’un succès en trompe l’œil. La hausse de fréquentation des TER s’explique essentiellement par le fait que les lieux de travail se sont considérablement éloignés des lieux de vie, tout comme l’offre d’emploi qui en baissant a obligé les Picards à augmenter considérablement leur durée de transports.

Dans le même temps l’Etat s’est désengagée du ferroviaire de proximité en se concentrant sur la grande vitesse. Les transports se sont organisés au gré des paquets ferroviaires européens, dont le seul et unique objectif, constamment rappelé comme un dogme : l’ouverture à la concurrence. Par une politique d’asphyxie budgétaire et d’austérité, l’Europe est en passe de gagner son pari et d’imposer la concurrence en 2019.

L’achat de nouveau matériel par la région augmentera peut-être la capacité de l’offre actuelle mais n’augmentera pas l’offre et sa qualité. On note, pour reprendre l’argument précèdent sur la régionalisation, qu’il y a une coïncidence des échéances avec la date de mise en service de ce nouveau matériel et la vie démocratique de notre pays, et donc de notre région.

Dans le même temps les effectifs d’agents SNCF chargés de la maintenance du matériel roulant diminue. Le technicentre SNCF chargé de l’entretien du matériel « Picardie » employant même des intérimaires !

La volonté du Conseil Régional de multiplier, voir de généraliser à terme L’Equipement à Agent Seul, a pour conséquence immédiate la suppression de plus de 30 postes d’Agents Commerciaux sur Beauvais. Nous parlons là d’emplois sur le bassin Picard !

Que dire demain aux usagers qui, jusqu’en 2017, devront se tasser dans des rames bondées parce que l’offre (et non les places disponibles) ne peut être augmentée ? Que dirons-nous à ces usagers qui voyagent tantôt debout, tantôt assis dans les escaliers des rames à 2 niveaux ?

Que dirons-nous demain aux usagers qui seront seuls à bord des trains ? A qui sera confié leur sécurité et leur sureté, qui est une préoccupation majeure et légitime des citoyens ?

Que dirons-nous demain aux usagers qui, faute d’agent commerciaux à bord des trains, devront subir les contrôles à l’arrivée de leur train ? Ils savent ce que cela représente, quand on rentre extenué de sa journée de travail, d’attendre parfois 20 minutes pour pouvoir sortir de la gare à cause des contrôles à quai. Une situation qui met également les Cheminots chargés de ces contrôles dans des situations délicates.

Que dirons-nous aux usagers, qui, se rendant dans une gare trouvent un local vide de toute présence humaine ? Allez donc acheter votre billet de train chez Auchan ? Outre la dégradation du service c’est aussi un bassin d’emploi qui s’assèche, notamment pour les jeunes Picards qui cherchent un travail.

Quant aux infrastructures parlons-en ! Evoquons ensemble le cas de la ligne Creil/Beauvais où à l’issue de travaux confiés à une entreprise sous- traitante le chantier a été rendu à la circulation des trains dans un état déplorable. Au point que la Fédération FO des Cheminots a du saisir l’Etablissement Public de Sécurité Ferroviaire, le Ministre des Transports et le PDG de la SNCF. 15 jours après la catastrophe de Brétigny la Picardie l’a surement échappé belle. Et là encore nous devons nous interroger sur la baisse constante des effectifs chargés de la maintenance du réseau et la pression tarifaire. Cette situation n’est pas étrangère aux politiques régionales en matière d’investissement.

Mais de cela le Conseil Régional de Picardie n’en a cure. Sa préoccupation c’est le barreau TGV Amiens/Roissy. Un projet estimé à 340 millions d’euros aux conditions financières de 2008, et aujourd’hui ? Un projet qui verra naître un train d’hommes d’affaire, reliant Roissy à Amiens dans un train qui ne changera pas grand-chose, pour ne pas dire rien, aux trajets quotidiens des Picards.

Les contribuables Picards ont-ils les moyens de financer un réseau, son entretien, ou encore un projet aussi dispendieux que le barreau TGV. C’est cette recette qui a conduit au creusement d’une dette de 40 milliards du ferroviaire. C’est cette recette qui mène à la mort du service public ferroviaire Français. Plus largement à la mise à mort du service public.

Le Conseil régional donne la priorité en 2014 pour l’emploi. Pour Force Ouvrière la vigilance s’impose des conséquences de la convention TER sur l’emploi.

Peu de choses voire rien sur le Canal Seine Nord Europe sur lequel FORCE OUVRIERE dit oui mais pas au rabais ; le Canal doit être – dans ces temps difficiles – un élément de développement de la Picardie préservant l’environnement et nous placer idéalement dans le Nord Ouest de l’Europe.

L’Aménagement du Territoire est aussi source de développement et FORCE OUVRIERE souhaite une collaboration étroite entre les Territoires et la Région.

En Conclusion : FORCE OUVRIERE espère que les Fonds Européens viennent apporter un peu d’oxygène à notre économie et dans tous les secteurs d’activité.

FORCE OUVRIERE votera ce projet d’avis sur le DOB 2014