Près d’un salarié sur dix déteste son job

, par Michel DECAYEUX

Selon un sondage réalisé pour Monster.fr, les salariés les plus jeunes sont les moins heureux au travail

C’est l’une des surprises du sondage réalisé par l’institut GFK pour le site d’offres d’emploi Monster.fr*, que nous, dévoilons en exclusivité.

Toutefois, en dehors de ces passionnés, la réalité du monde du travail est, malheureusement, un peu plus tristounette. L’enquête montre en effet que près de la moitié des salariés (48,4 %) considèrent leur travail satisfaisant mais sans plus. Une proportion qui monte à 51,6 % chez les 18-24 ans et même à 60 % chez les seniors de 50 à 64 ans. Ça va mieux si le salaire est élevé

Pis, 8,8 % des ouvriers, employés et cadres français n’aiment pas du tout, voire détestent leur job. Ils sont 14,5 % chez les 18-24 ans. « Les jeunes ont soif de- réussite, analyse Marc Suchet, directeur marketing de Monster France. Ce n’est donc pas surprenant que la plupart d’entre eux se sentent frustrés au poste qu’ils occupent. » Sans surprise, l’enquête établit une corrélation claire entre la satisfaction au travail et le niveau de rémunération. Ainsi, près de la moitié des salariés (45 %) situés dans la tranche de revenus la plus élevée adorent ou apprécient leur boulot contre seulement 22 % des salariés ¬les moins bien payés. « Etre bien ré munéré.est une satisfaction en soi », souligne Marc Suchet. Mais l’enseignement le plus intéressant de cette enquête réside sans doute dans les comparaisons internationales. On découvre ainsi que les Français se classent avant derniers des salariés assurant aimer leur travail. Les derniers de la classe sont, bizarrement, les Allemands, dont on vante pourtant à longueur d’année le modèle économique. A en croire ce sondage, les plus heureux au bureau sont les Canadiens, devant les Néerlandais et les Indiens.

Le saviez-vous ? En France, 11,5 % des salariés français adorent tellement leur emploi qu’ils seraient prêts à travailler gratuitement. Ils sont même 13,1 % dans la catégorie des 35-49 ans.

A l’inverse, les Britanniques sont les plus grognons, suivis par les Allemands, encore eux, et les ... Français.