Cambodge – l’escalade de la violence contre les travailleurs se termine par une fusillade

, par Michel DECAYEUX

13.11.2013 IndustriALL

Il y a eu au cours des huit derniers mois une escalade de la violence contre les travailleurs et travailleuses au Cambodge. Récemment, la police a tiré et matraqué des travailleurs qui manifestaient pour obtenir une amélioration de leurs conditions de travail dans l’industrie de la confection.

Le 12 novembre, les travailleurs et travailleuses ont défilé jusqu’aux bureaux du Premier ministre à Phnom Penh pour demander de l’aide afin de résoudre un conflit avec SL Garment. La police et l’armée ont répondu avec des canons à eau, ce qui a provoqué une escalade de la violence qui s’est terminée par la mort d’une femme et huit autres personnes au moins gravement blessées. Certains manifestants ont été inculpés au pénal et jetés en prison. Le conflit chez SL Garment a débuté quand la direction a décidé d’avoir au recours à la police et à l’armée comme gardes de sécurité dans l’usine. Les travailleurs et travailleuses se sont sentis menacés par la présence de policiers armés, et ont ressenti que les changements opérationnels présentaient un net désavantage pour eux. L’affilié de IndustriALL, le C.CAWDU, a recherché un dialogue avec la direction, en demandant le retrait des militaires et des policiers armés, le renvoi du directeur qui harcelait le personnel, et le retour à des activités de production avec le système d’équipes d’origine.

En l’absence d’une réponse de la direction, une grève a éclaté ; une grève qui a duré trois mois. Les grandes marques clientes de l’usine ont demandé à la direction de négocier de bonne foi, mais sans résultat. Au lieu de cela, la présence de l’armée s’est intensifiée, accompagnée d’une intensification des sentiments d’appréhension et de frustration dans le personnel. Et malgré la perte d’une vie et plusieurs blessés, le propriétaire de SL Garment refuse toujours d’avoir un dialogue constructif avec le syndicat.

Monika Kemperle, secrétaire générale adjointe de IndustriALL déclare : IndustriALL soutient son affilié et demande l’ouverture d’un dialogue constructif avec toutes les parties prenantes au Cambodge. Nous demandons au gouvernement de faire cesser la violence contre les travailleurs et travailleuses, et nous demandons aux propriétaires de l’usine d’entreprendre dès que possible un dialogue avec les syndicats." L’établissement de bonnes relations industrielles avec les syndicats n’est pas seulement bénéfique aux travailleurs et travailleuses, mais également à la direction, et en fin de compte au pays. Il doit s’agir de la dernière perte de vie au Cambodge dans un désaccord entre une direction et des salariés.