Castorama et Leroy Merlin condamnés à fermer 15 magasins le dimanche

, par Michel DECAYEUX

le 26.09.2013 AFP

Le rideau sera désormais baissé pour les bricoleurs du dimanche. Le tribunal de commerce de Bobigny a ordonné, jeudi 26 septembre, aux enseignes de bricolage Castorama et Leroy Merlin de cesser d’ouvrir quinze magasins d’Ile-de-France. Le juge des référés a assorti sa décision d’une astreinte provisoire de 120 000 euros par magasin et par dimanche en cas de non-respect par les deux enseignes de bricolage. • Il s’agit des magasins Castorama de : Ballainvilliers, Fresnes, Créteil, Villetaneuse, Montgeron-Vigneux-sur-Seine et Villabé. • Pour Leroy Merlin, ils se trouvent à Massy, Saint-Geneviève-des-Bois, Chelles, Collégien, Rueil-Malmaison, Livry-Gargan, Gennevilliers, Vitry-sur-Seine et Ivry-sur-Seine. Le juge des référés avait été saisi en juillet par Bricorama, qui s’estimait lésé. L’enseigne, qui n’a pas reçu d’autorisations dérogatoires pour ouvrir ses magasins le dimanche, a plaidé qu’elle encourait un "dommage imminent constitué par la perte de chiffre d’affaires et la perte de clientèle (...) au profit de ses concurrents". Le juge lui a donné raison, estimant que les magasins concernés étaient "ouverts en violation flagrante de l’interdiction" des dispositions du Code du travail sur le travail dominical et que Bricorama souffrait donc d’une "rupture d’égalité".

"GRIGNOTER PAR PETITS MORCEAUX LE REPOS DOMINICAL"

Depuis quelques années, les syndicats multiplient les actions judiciaires contre les enseignes qui ouvrent le dimanche, journée théoriquement consacrée au repos hebdomadaire, mais sujette à de nombreuses dérogations et aménagements. FO dénonce notamment, dans l’augmentation des salaires le dimanche, un moyen de ne pas accorder d’augmentations. Les enseignes de bricolage réclament quant à elle une modification de la législation pour avoir le droit d’ouvrir le dimanche, comme les secteurs de l’ameublement et du jardinage. Elles évoquent l’équilibre du marché, face à la concurrence du commerce en ligne. La Fédération des magasins de bricolage et de l’aménagement de la maison (FMB) estime ainsi que 17 % à 20 % de son chiffre d’affaires est réalisé le dimanche. Le débat sur l’ouverture dominicale des magasins de bricolage est même remonté jusqu’au sein du PS, plusieurs députés socialistes s’étant déclarés pour, dont le président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone, et le président du groupe, Bruno Le Roux, tous deux élus de Seine-Saint-Denis. Sur RTL le 23 mai, le ministre du travail, Michel Sapin, avait tranché le débat en refusant de "grignoter par petits morceaux le repos dominical

« Ce Jour-là ! On doit profiter de sa famille et de ses amis » Patron d’une PME d’informatique ; Etienne Neuville est aussi secrétaire général du collectif les Amis du dimanche.. « Ne soyons pas dupes. Derrière• les partisans du travail le dimanche, on trouve des grandes enseignes qui cherchent à faire du chiffre, souligne celui. qui se pose en défenseur du repos dominical. Nous ne sommes pas des ayatollahs : on a besoin d’hôpitaux ouverts, de policiers, de pompiers, de boulangers, •le .week-end. On ne peut pas stopper une aciérie ou une usine. Mais le repos dominical est issu de luttes sociales, il fait partie de notre histoire. En zone urbaine, certains consommateurs veulent pouvoir faire les courses le dimanche, mais, franchement, il y a bien d’autres choses à faire ce jour-là, comme profiter de sa famille, de ses amis, de soi. » Dans le viseur d’Etienne Neuville, la loi Maillé votée en 2009. « La loi Maillé à créé des zones de non droit. Il faut abroger ce texte et revenir à une législation claire et stable. Cela évitera ce genre de situation, ubuesque où Bricorama se retrouve à. attaquer ses voisins Leroy Merlin et Castorama

Christophe Lecomte, du syndicat FO Pour Christophe Le Comte, secrétaire fédéral à. la section commerce de Force ouvrière, la défense du repos dominical est tout « sauf un combat d’arrière-garde. D’ailleurs, notre fédération a été créée par des salariés de grands magasins, qui défendaient d/déjà ce droit. Cette coupure’ du week-end, c’est sacré ! » Alors que le tribunal de commerce de. Bobigny (Seine-Saint-Denis) vient de lui donner raison, le syndicat ne compte pas en rester là Le travail illégal s’est considérablement développé ces dernières années, reprend le secrétaire général. Et la loi de 2009 sur le travail du dimanche n’a rien résolu. Elle n’a fait qu’intensifier les distorsions de concurrence’ » Après avoir’ attaqué - de grandes enseignes de l’ameublement comme Ikea ou Conforama puis des groupes de distribution d’électroménager ou du bricolage, FO a déjà prévu de s’intéresser à d’autres branches.