Des militants CGT ont brûlé un drapeau CFDT lors d’une manif à Lille début mars

, par Michel DECAYEUX

le 15/03/2013 FR3 Nord Pas de Calais

La CFDT a condamné jeudi l’acte "inacceptable" de militants CGT qui ont brûlé un drapeau CFDT lors d’une manifestation contre l’accord sur l’emploi, le 5 mars à Lille, appelant la direction de la CGT à condamner cet acte.

La scène a été filmée et mise en ligne sur Youtube, précise la CFDT dans un communiqué. "Pour la CFDT, il s’agit d’un fait grave et inacceptable. Cet acte constitue une attaque contre la liberté syndicale et la liberté d’opinion. Il est indigne du mouvement syndical", ajoute le communiqué . Ce vendredi matin, la vidéo a été retirée de Youtube. Elle n’est plus accessible via ce site. Nous l’avons récupéré. La voici.

La CFDT "conçoit parfaitement que les opinions entre syndicats puissent diverger, mais elle condamne fermement tout acte de ce type, dont la portée symbolique est extrêmement alarmante". "L’absence de réaction de la part de la direction de la CGT serait un signe d’encouragement" et "en conséquence, la CFDT demande à la directionde la CGT de condamner cet acte et de prendre les mesures qui s’imposent", affirme le communiqué .

La CGT a réagi par le biais d’un communiqué ce vendredi dans la matinée : "Le mouvement syndical français est malheureusement divisé à propos des revendications à défendre face au patronat et devant le gouvernement, ainsi que sur l’attitude à adopter pour répondre aux mesures d’austérité, aux plans de licenciement. Cette situation qui porte préjudice à la capacité collective des syndicats à défendre les intérêts des salariés est d’autant plus source de tensions que le droit social est durement attaqué en s’appuyant sur des accords minoritaires.

Les divergences syndicales ne sauraient pour autant justifier des actes qui ne respectent pas le pluralisme des idées et des organisations, comme ce fut le cas récemment lorsqu’un drapeau de la CFDT a été brûlé à l’occasion d’une manifestation

Commentaire. Force Ouvriére a toujours considéré et considére que le pluralisme syndical est un des pans de la démocratie républicaine française et à ce titre quelques soient les divergences qui puissent exiter entre les syndicats, il doit y avoir respect entre les organisations syndicales et des emblémes qui les caractérisent.