L’accord sur le travail encadre les licenciements boursiers-CFDT

, par Michel DECAYEUX

29/01 Reuters

L’accord du 11 janvier sur la sécurisation du marché du travail est une bonne base pour lutter contre les "licenciements boursiers", a estimé mardi le numéro un de la CFDT, Laurent Berger.

Des salariés d’entreprises en difficulté ont prévu de manifester ce mardi devant le ministère du Travail pour obtenir le vote d’une loi contre les "licenciements financiers".

"Je partage leur inquiétude, je comprends leur colère", a déclaré le secrétaire général de la CFDT sur BFM TV-RMC. "Mais une loi contre les licenciements boursiers, il faut bien savoir de quoi on parle. Moi, je ne sais pas ce qu’est un licenciement boursier." "Ce que je sais, c’est que des entreprises parfois font des licenciements qui ne sont pas justifiés économiquement et dans l’accord que nous avons signé, ces licenciements sont encadrés", a-t-il dit.

"Chaque entreprise devra faire valider ou pas son plan de licenciement par l’administration et lorsqu’il ne sera pas justifié économiquement, l’administration sera en capacité de dire soit on refuse ces licenciements, soit on les faits plus chers", a-t-il ajouté. "Ce qui est inacceptable c’est que lors d’un licenciement dit boursier, l’entreprise ne paie pas plus cher." Laurent Berger a estimé que l’accord conclu le 11 janvier sur la sécurisation du marché du travail était une "bonne base" qu’il fallait transcrire dans la loi.

Commentaire : (On a toujours le droit de croire en sa bonne étoile telle l’étoile du Berger pour penser qu’avec le 11 février s’est passé un bigbang contre les licenciements)

L’Ex Secrétaire Général de la CFDT, nouveau gardien du plan de lutte contre la pauvreté du gouvernement.