L’Europe : jackpot pour la Picardie ?

, par Michel DECAYEUX

le mercredi 31 octobre 2012 Aisne nouvelle

La Picardie a débuté la concertation pour les projets susceptibles d’être aidés par l’Europe. La direction des affaires culturelles a accueilli la première réunion concernant le projet de diagnostic stratégique territorial Etat-Conseil régional pour la période 2014-2020.

Ce séminaire de concertation était la première étape de la programmation sur les fonds européens. Le 6 octobre dernier, la commission européenne a adopté un projet de textes législatifs destinés à renforcer la dimension stratégique de la politique et à s’assurer que les investissements de l’UE soient ciblés vers des objectifs de croissance et d’emploi, via une croissance intelligente, durable et inclusive.

La Picardie doit donc absolument tirer profit de ces objectifs pour accélérer sa mutation, en réduisant ses faiblesses et fragilités, notamment sanitaires et sociales, tout en s’appuyant sur ses nombreux atouts et opportunités comme les centres de recherche et d’innovation, et les filières d’excellence, a rappelé le préfet de région Jean-François Cordet. « Nous avons besoin de l’Europe. La Picardie s’attachera à ce que vous participiez de plus en plus à l’échelon européen. L’Europe n’est pas qu’une grande idée, c’est un formidable outil. Nous sommes à une période charnière pour notre territoire », déclarait Claude Gewerc en préalable à l’ouverture des travaux.

39 Mds € en jeu

Si les bases de la prochaine génération 2014-2020 des programmes européens sont connues, rien n’est pour autant acquis, ce qui nécessite une mobilisation pour une politique régionale forte au service de l’attractivité des territoires, et plus particulièrement les plus impactés par la crise. Dans cet objectif, aux côtés de neuf autres régions, la Picardie est intervenue auprès de Bruxelles pour que soit créée une catégorie de régions « en transition ».

Si tel était le cas, cela représenterait une dotation supplémentaire de 39 milliards d’euros pour cinquante régions européennes et une évolution de la dotation par habitant de 20 à 27 €.

La Picardie, qui est l’une des régions les plus jeunes de France, puisque 26 % de ses habitants ont moins de 20 ans, pour seulement 18 % de plus de 60 ans, contre 22 % en France métropolitaine, doit donc se positionner rapidement sur ses priorités en terme socio-économique au regard de la stratégie européenne pour bénéficier au mieux de ses aides.

Le diagnostic qui ressortira de cette concertation permettra de cibler précisément les axes prioritaires qui renforceront la compétitivité régionale et pourront accéder aux fonds européens. L’innovation ne devra pas être uniquement technologique, mais également sociale.