Tassement confirmé sur le marché de l’emploi des cadres

, par Michel DECAYEUX

UN le 22 août 2012

Les statistiques mensuelles de l’Apec indiquent un net recul des offres d’emplois pour les cadres diffusées sur Internet. Toutefois, les indices restent à des niveaux élevés par rapport aux valeurs observées entre 2008 et 2010.

Comme chaque mois, l’association pour l’emploi des cadres (Apec) publie ses deux indicateurs qui aident à apprécier l’évolution du marché de l’emploi des cadres. Alors que les dernières données de l’Insee pointe un taux de croissance nul au second trimestre, personne ne s’étonnera que l’indice de diffusion des offres cadres sur Internet soit en recul de 33 points par rapport au moins précédent et de 18 points par rapport au même mois de 2011. Autre motif d’inquiétude : entre janvier 2011 et février 2012, l’indice était en progression en glissement annuel. La tendance s’est inversée en mars dernier. Mois après mois, à l’exception de juin, l’indice 2012 se situe à un niveau inférieur à celui observé un an plus tôt. Les trois fonctions où la baisse est la plus forte sont les ressources humaines (-41 points), le Commercial/marketing (-28 pts) et l’informatique (-22 pts). Toutefois, le recul globalement observé ne doit pas conduire à un trop grand pessimisme. S’établissant à 261, l’indice a enregistré en juillet 2012 son deuxième meilleur résultat pour ce mois depuis 5 ans, bien au-dessus du 125 observé en 2009. Autrement dit, la baisse observée n’est pas un effondrement.

Sur un an, d’août 2011 à juillet 2012, le volume d’offres publiées par la seule Apec a crû de quasiment un tiers (+31 %). La raison ? Les employeurs multi diffusent leurs offres d’emplois cadres sur un plus grand nombre de sites.

En ce qui concerne les fonctions, les statistiques de l’opérateur national indique une forte croissance (29 % observée entre juillet 2011 et juillet 2012) pour ce qui concerne Les Etudes recherche et développement. Autre fonction particulièrement dynamique : la production industrielle – travaux et chantier – qui a crû de 32 %. L’Apec estime que cette hausse est notamment due aux difficultés de recrutement de cadres de chantier, d’où "des pratiques de multi-diffusion d’offres".