COMPIEGNE Grève des Ambulances modernes et Pater, les salariés n’ont pas été payés

, par Michel DECAYEUX

Le courrier Picard 24 mai 2012

On a eu des chèque en bois", lance un ambulancier, énervé. "ça fait déjà plusieurs mois qu’on est payé en retard, là on n’est carrément plus payé", assène Olga Guay, déléguée du personnel de l’entreprise Ambulances modernes compiégnoises.

Comme elle, une trentaine de salariés des sociétés partenaires Pater ambulances et Ambulances modernes compiégnoises s’est mis en grève pour une durée illimitée jeudi matin. Ces employés ne comptent pas reprendre le travail avant d’avoir été payés et d’être "certains que les chèques ne (leur) seront pas retirés par la banque".

La direction n’a pas souhaité faire de commentaires.

Poursuite de la grève des ambulanciers, le 25 mai ,qui voient la direction à 15 heures

Le mouvement de grève débuté jeudi par les ambulanciers des sociétés partenaires Modernes et Pater pour non paiment de la totalité de leurs salaires en avril se poursuit aujourd’hui dans la cité impériale.

Sur les 80 salariés de ces deux entreprises qui officient dans le Comiégnois et sur le bassin creillois, une trentaine continue ce mouvement. Certains salariés se sont en effet aperçus que leurs salaires du mois d’avril, payés par chèque, n’ont pu être débités par les banques.

En fin de journée jeudi, la direction a fait savoir qu’elle rencontrerait les syndicats à 15 heures vendredi. Elle ne souhaite toujours pas faire de commentaires sur le mouvement engagé par ses salariés.