La Picardie risque la récession en 2012

, par Michel DECAYEUX

le 24.05.2012 Le Parisien

Il faut un moral d’acier pour vivre et travailler en Picardie. Un désert médical, décrit comme le plus important de France, des enseignants qui ne songent qu’à partir, des plans sociaux mémorables, un taux de chômage qui s’élevait à 11,3% fin 2011 contre une moyenne métropolitaine de 9,4%. Et voilà désormais que la Picardie est, avec la Lorraine, l’une des deux régions de France promises cette année à la récession

C’est ce qu’annonce le cabinet d’analyses économiques Asterès dans des prévisions qu’il dévoile partiellement cette semaine.

Les hypothèses de travail des experts sont bâties autour d’une croissance nationale faiblarde, estimée à + 0,3%. Dans ce contexte, le PIB (produit intérieur brut, qui permet de mesurer la production de richesse) de la Picardie devrait reculer de - 0,1% et celui de la Lorraine de - 0,4%. A contrario, c’est la Corse qui s’en sort le mieux, avec une croissance attendue de 1%.

Les explications sont essentiellement liées au type d’industries existant ou survivant dans l’Oise, l’Aisne et la Somme. Chimie lourde, métallurgie, automobile, filière bois-papier sont en déclin. « L’économie picarde a très clairement connu une rechute dans le courant de l’année 2011, explique Juliette Hubert, d’Asterès. Le taux d’utilisation des capacités de production est passé de 78% début 2011 à 72% au début de cette année, alors qu’il est resté presque stable en France. »

Les prévisions régionales du cabinet d’analyses sont par ailleurs soumises aux incertitudes du scénario de croissance nationale à 0,3%. Il pourrait être revu à la baisse en fonction de l’évolution des situations espagnole et grecque. Conséquence logique, la récession serait alors encore plus forte en Picardie et en Lorraine. En revanche, « une dépréciation significative de l’euro par rapport au dollar donnerait une bouffée d’oxygène à ces deux régions ainsi qu’aux autres régions exportatrices, notamment Rhône-Alpes, l’Alsace et la Franche-Comté », fait remarquer Asterès.

Malgré cette récession annoncée en Picardie, les experts veulent faire preuve d’optimisme.

« Nos estimations font état d’une tendance à la convergence de la croissance picarde vers la moyenne nationale, un résultat encourageant pour cette région à dominante industrielle », précise encore Juliette Hubert. L’industrie picarde est en recomposition selon elle.

« Les secteurs de l’agroalimentaire, de la chimie, la cosmétique et la parfumerie ainsi que des biens d’équipement sont compétitifs. La diversité de l’industrie picarde et l’essor de certaines filières innovantes permettent à la région de se rapprocher de la moyenne nationale. »